Osons sauvegarder la petite pêche côtière

Alertez le gouvernement français :

Osons sauvegarder la petite pêche côtière

Dans un arrêté du 2 mai 2020, le gouvernement français a décidé de n’inclure aucun critère environnemental et social dans l’attribution des aides liées à la crise du COVID-19 pour le secteur de la pêche. Un texte, pensé de bout en bout pour assurer la captation des aides publiques par les plus gros armements industriels. Ne nous résignons pas à cette logique destructrice de l’océan et de l’emploi : exigeons le retrait de cet arrêté inique !

La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable.  

C’est pourquoi, dès avril BLOOM lançait aux côtés de 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et presque 20 000 citoyens et citoyennes un appel demandant au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière.

Mais après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020, de n’inclure aucun critère environnemental et social pour répartir des aides publiques. Il fait ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir.

Nous ne pouvons laisser le gouvernement et le lobby de la pêche industrielle torpiller un projet de société en phase avec les urgences écologique et sociale. Exigeons :

  • le retrait de l’arrêté du 2 mai
  • un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19
  • une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques.

Interpellez le gouvernement

Nos cibles

Francia
Emmanuel Macron
Président de la République française
Interpellare
French
Francia
Edouard Philippe
Premier Ministre
Interpellare
French
Francia
Didier Guillaume
Minister of Agriculture and Food
Interpellare
French
Francia
Elisabeth Borne
Ministre de la Transition écologique et solidaire
Interpellare
French
Francia
Muriel Pénicaud
Ministre du Travail
Interpellare
French

Merci de partager notre campagne !

Merci pour votre participation à cette campagne d’interpellation !

Afin de donner plus de force à votre action, n’hésitez pas à :

Partager cette campagne sur les réseaux sociaux ou par email

Découvrir l’ensemble des actions de BLOOM et se mobiliser avec nous contre la destruction de l’Océan

Array
(
    [campagne_initialisee] => 1
    [interpellation_twitter_fr] => NON aux aides publiques à la pêche sans critères sociaux et environnementaux. Nous demandons le retrait de l’arrêté inique du 2 mai sur les arrêts temporaires et une consultation intégrant petits pêcheurs, chercheurs et ONG. https://bit.ly/2TdjJ1C
    [interpellation_twitter_en] => NON aux aides publiques à la pêche sans critères sociaux et environnementaux. Nous demandons le retrait de l’arrêté inique du 2 mai sur les arrêts temporaires et une consultation intégrant petits pêcheurs, chercheurs et ONG. https://bit.ly/2TdjJ1C
    [interpellation_twitter_de] => NON aux aides publiques à la pêche sans critères sociaux et environnementaux. Nous demandons le retrait de l’arrêté inique du 2 mai sur les arrêts temporaires et une consultation intégrant petits pêcheurs, chercheurs et ONG. https://bit.ly/2TdjJ1C
    [interpellation_twitter_it] => NON aux aides publiques à la pêche sans critères sociaux et environnementaux. Nous demandons le retrait de l’arrêté inique du 2 mai sur les arrêts temporaires et une consultation intégrant petits pêcheurs, chercheurs et ONG. https://bit.ly/2TdjJ1C
    [interpellation_twitter_sp] => NON aux aides publiques à la pêche sans critères sociaux et environnementaux. Nous demandons le retrait de l’arrêté inique du 2 mai sur les arrêts temporaires et une consultation intégrant petits pêcheurs, chercheurs et ONG. https://bit.ly/2TdjJ1C
    [interpellation_facebook_fr] => Dans un arrêté du 2 mai 2020, le gouvernement français a décidé de n’inclure aucun critère environnemental et social dans l’attribution des aides liées à la crise du COVID-19 pour le secteur de la pêche. Un texte, pensé de bout en bout pour assurer la captation des aides publiques par les plus gros armements industriels. Ne nous résignons pas à cette logique destructrice de l’océan et de l’emploi. Ne laissons pas le gouvernement et le lobby de la pêche industrielle torpiller un projet de société en phase avec les urgences écologique et sociale. Agissons pour interpeller @EmmanuelMacron @EdouardPhilippePM @DidierGuillaume26 @Ecologie.Gouv @MinTravail : https://ipolitics.bloomassociation.org/campagnes/petite-peche
    [interpellation_facebook_en] => Dans un arrêté du 2 mai 2020, le gouvernement français a décidé de n’inclure aucun critère environnemental et social dans l’attribution des aides liées à la crise du COVID-19 pour le secteur de la pêche. Un texte, pensé de bout en bout pour assurer la captation des aides publiques par les plus gros armements industriels. Ne nous résignons pas à cette logique destructrice de l’océan et de l’emploi. Ne laissons pas le gouvernement et le lobby de la pêche industrielle torpiller un projet de société en phase avec les urgences écologique et sociale. Agissons pour interpeller @EmmanuelMacron @EdouardPhilippePM @DidierGuillaume26 @Ecologie.Gouv @MinTravail : https://ipolitics.bloomassociation.org/campagnes/petite-peche
    [interpellation_facebook_de] => Dans un arrêté du 2 mai 2020, le gouvernement français a décidé de n’inclure aucun critère environnemental et social dans l’attribution des aides liées à la crise du COVID-19 pour le secteur de la pêche. Un texte, pensé de bout en bout pour assurer la captation des aides publiques par les plus gros armements industriels. Ne nous résignons pas à cette logique destructrice de l’océan et de l’emploi. Ne laissons pas le gouvernement et le lobby de la pêche industrielle torpiller un projet de société en phase avec les urgences écologique et sociale. Agissons pour interpeller @EmmanuelMacron @EdouardPhilippePM @DidierGuillaume26 @Ecologie.Gouv @MinTravail : https://ipolitics.bloomassociation.org/campagnes/petite-peche
    [interpellation_facebook_it] => Dans un arrêté du 2 mai 2020, le gouvernement français a décidé de n’inclure aucun critère environnemental et social dans l’attribution des aides liées à la crise du COVID-19 pour le secteur de la pêche. Un texte, pensé de bout en bout pour assurer la captation des aides publiques par les plus gros armements industriels. Ne nous résignons pas à cette logique destructrice de l’océan et de l’emploi. Ne laissons pas le gouvernement et le lobby de la pêche industrielle torpiller un projet de société en phase avec les urgences écologique et sociale. Agissons pour interpeller @EmmanuelMacron @EdouardPhilippePM @DidierGuillaume26 @Ecologie.Gouv @MinTravail : https://ipolitics.bloomassociation.org/campagnes/petite-peche
    [interpellation_facebook_sp] => Dans un arrêté du 2 mai 2020, le gouvernement français a décidé de n’inclure aucun critère environnemental et social dans l’attribution des aides liées à la crise du COVID-19 pour le secteur de la pêche. Un texte, pensé de bout en bout pour assurer la captation des aides publiques par les plus gros armements industriels. Ne nous résignons pas à cette logique destructrice de l’océan et de l’emploi. Ne laissons pas le gouvernement et le lobby de la pêche industrielle torpiller un projet de société en phase avec les urgences écologique et sociale. Agissons pour interpeller @EmmanuelMacron @EdouardPhilippePM @DidierGuillaume26 @Ecologie.Gouv @MinTravail : https://ipolitics.bloomassociation.org/campagnes/petite-peche
    [interpellation_mail_titre_fr] => Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
    [interpellation_mail_message_fr] => Madame, Monsieur,

La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière.

Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir.

Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français :
- le retrait de l’arrêté du 2 mai
- un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19
- une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques.

Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
    [interpellation_mail_titre_en] => Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
    [interpellation_mail_message_en] => Madame, Monsieur,

La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière.

Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir.

Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français :
- le retrait de l’arrêté du 2 mai
- un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19
- une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques.

Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
    [interpellation_mail_titre_de] => Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
    [interpellation_mail_message_de] => Madame, Monsieur,

La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière.

Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir.

Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français :
- le retrait de l’arrêté du 2 mai
- un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19
- une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques.

Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
    [interpellation_mail_titre_it] => Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
    [interpellation_mail_message_it] => Madame, Monsieur,

La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière.

Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir.

Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français :
- le retrait de l’arrêté du 2 mai
- un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19
- une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques.

Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
    [interpellation_mail_titre_sp] => Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
    [interpellation_mail_message_sp] => Madame, Monsieur,

La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière.

Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir.

Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français :
- le retrait de l’arrêté du 2 mai
- un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19
- une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques.

Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
)
1
Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
Madame, Monsieur, La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière. Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir. Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français : - le retrait de l’arrêté du 2 mai - un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19 - une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques. Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
Madame, Monsieur, La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière. Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir. Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français : - le retrait de l’arrêté du 2 mai - un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19 - une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques. Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
Madame, Monsieur, La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière. Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir. Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français : - le retrait de l’arrêté du 2 mai - un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19 - une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques. Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
Madame, Monsieur, La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière. Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir. Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français : - le retrait de l’arrêté du 2 mai - un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19 - une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques. Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,
Retrait de l'arrêté pêche du 2 mai
Madame, Monsieur, La surpêche est la première cause de destruction de l’océan. Il est impératif que nous cessions de financer avec l’argent public une pêche industrielle qui saccage l’océan et que nous concentrions nos efforts sur la transition vers une pêche durable. Le 29 avril 2020, BLOOM a envoyé au gouvernement une lettre signée par 390 pêcheurs, chefs, scientifiques, élus et soutenue par presque 20 000 citoyens et citoyennes pour demander au gouvernement d’orienter les aides liées au COVID-19 vers la petite pêche côtière. Après avoir consulté uniquement le Comité national des pêches, verrouillé par la pêche industrielle, le gouvernement a choisi dans l’arrêté publié le 2 mai 2020 de n’inclure aucun critère environnemental et social dans la répartition des aides publiques. Vous faites ainsi le choix de favoriser la pêche industrielle tout en laissant agoniser la petite pêche côtière, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir. Nous ne pouvons pas nous résigner à un arrêté aussi inique et destructeur. Par le présent email, je demande au gouvernement français : - le retrait de l’arrêté du 2 mai - un nouvel arrêté incluant des critères sociaux et environnementaux pour l’attribution des aides publiques liées à la crise du COVID-19 - une consultation équitable et digne de ce nom en incluant des associations de petits pêcheurs côtiers, des prud’homies, des ONG environnementales et des scientifiques. Nous vous prions d'agréer l'expression de nos respectueuses salutations,